L’Idiot en compagnie de Pascale Montpetit – #CERCLETP

Le 31 mars dernier, nos participants du Cercle des Tigres Penseurs ont assisté à la pièce l’Idiot présenté au TNM. Malgré plusieurs aspects très positifs, notamment le jeu des comédiens, de façon générale la pièce ne sera pas « la pièce mémorable de la saison »… pour plusieurs raisons. Voici l’ensemble des commentaires recueillis.

 

Commentaires généraux face à la pièce l’Idiot 

« Le décor trop épuré n’aidait pas pour la compréhension de l’histoire »

André Drouin

 

« Moi, habituellement, j’aime les décors minimalistes, mais dans ce cas-ci, je n’ai pas apprécié » Éric Desmarais

 

« La pièce manque d’unité et va dans trop de directions, on s’y perd. Par contre, la musique est un excellent acteur dans cette pièce. Elle est envoûtante et vient très bien appuyer et envelopper le tout »

Danièle Brouillette

 

Au sujet de la musique, tous sont unanimes à dire que la trame sonore est très réussie

 

« J’ai beaucoup aimé le jeu de Paul Ahmarani, il me fait penser à Louis de Funès »

Lucie Miville

 

« J’ai beaucoup aimé la scène de la fête avec les ballons, la musique et l’esprit festif… très étrange, mais très réussie »

Tous ont mentionné l’appréciation de cette scène précise

 

« Je crois que c’était la volonté de Catherine Vidal de déconstruire l’œuvre et de ne pas en faire une pièce trop dramatique. La relecture d’une œuvre est un choix. On aime ou on n’aime pas » Pascale Montpetit

 

« On était assis très loin, il est peut-être alors plus difficile d’embarquer dans l’histoire, on manque alors la physionomie et l’expression des visages »

Marie Bouchard

 

« Le sujet était plus grand que nature. L’envolée philosophique à la fin se voulait, selon moi, un résumé de tous les travers humains. Cependant, la fin enlève tout espoir.

Les costumes n’ont pas aidé à la compréhension. »

J’ai trouvé le jeu de Francis Ducharme, excellent!

Ginette Queneville – Retraitée

 

 

« Les acteurs sont impeccables.

Œuvre touffue et complexe. Côté décousu parce que beaucoup de matériel. Les liens entre les scènes ne sont pas toujours là. La fin ressemble à « La vie devant soi » d’Émile Ajar.

Pièce moins glauque que l’œuvre de Dostoïevski. »

Danielle Brouillette – Retraitée

 

« Normalement, j’aime les décors simples qui permettent à l’imagination de faire son travail… mais dans cette pièce, la magie n’a malheureusement pas opérée. »

Éric Desmarais – Directeur d’une compagnie d’assurance

 

« Les décors sont réduits au minimum ce qui ne contribue pas à l’appréciation de la pièce. D’autres parts, les costumes sont dépareillés et sont de différentes époques, ce qui embrouille l’histoire de la pièce. C’est-à-dire, un croisement entre la vieille Russie des tsars et le monde contemporain. »

André Drouin – retraité

 

« La musique intensifie les émotions de cette pièce. L’éclairage aussi est important sauf où tout s’éteint quand la pièce n’est pas finie! Ça porte un peu à confusion. »

Lucie Miville – agente en milieu carcéral

 

« On essaie d’alléger une panoplie d’états humains face à notre vision de soi par rapport à l’autre. L’idée est bonne, mais il y en a trop pour comprendre l’essence du message… soit-ce que chacun de nous faisons par rapport à ce que j’aspire dans mon inconscient. »

Line Ferguson – courtier en assurance commerciale

 

« Statique – verbeux… un peu long à mon goût.

Décor trop épuré. »

Marie Bouchard – retraitée