Moi, dans les ruines rouges du siècle

Sasha Samar et Robert Lalonde - Moi, dans les ruines rouges du siècle © Jérémie Battaglia

Sasha Samar et Robert Lalonde – Moi, dans les ruines rouges du siècle © Jérémie Battaglia

Lauréat des Prix de la critique 2012 de l’AQCT dans la catégorie Production – Montréal
Olivier Kemeid, finaliste au Prix de la critique de l’AQCT dans la catégorie Texte original
Sasha Samar, finaliste du Prix de la critique de l’AQCT dans la catégorie Interprétation – Montréal
Idée originale Sasha Samar et Olivier Kemeid
Texte et mise en scène Olivier Kemeid
Concepteurs Philippe Brault, Stéphanie Capistran-Lalonde, Estelle Clareton, Romain Fabre et Martin Labrecque
Distribution en 2015  Marilyn Castonguay, Geoffrey Gaquère, Robert Lalonde, Pascale Montpetit et Sasha Samar
Distribution à la création Annick Bergeron, Sophie Cadieux, Geoffrey Gaquère, Robert Lalonde et Sasha Samar

C’est l’histoire de Sasha, un jeune homme qui tente de retrouver sa mère alors que tout s’effondre autour de lui : ses rêves, ses idéaux, son pays. Vivant seul avec son père, Sasha, né en 1969 en Ukraine, découvre à sept ans que sa mère n’est pas sa mère, qu’il a été kidnappé à l’âge de trois ans par son père, et que celui-ci a reconstruit sa vie avec une autre femme. Il se met alors en tête de devenir célèbre afin que sa mère puisse le voir un jour à la télévision et le reconnaître comme sien. Entre l’explosion de Tchernobyl et celle de la Glasnost entreprise par Gorbatchev, entre son ami acteur Anton qui vit comme un bourgeois en jouant Lénine dans les conventums du Parti communiste et Ludmila son amoureuse dépressive, qui attend avec impatience les bouleversements promis par la Pérestroïka, Sasha tente de se frayer un chemin dans les décombres d’un siècle qui s’achève sous nos yeux. Inspiré de la vie de Sasha Samar, un acteur d’origine ukrainienne vivant au Québec, Moi, dans les ruines rouges du siècle est le récit d’un homme qui tente de se reconstruire dans une Union Soviétique qui commence à se désagréger. La pièce nous parle du monde qui s’est disloqué sous nos yeux il n’y a pas si longtemps, mais également – et surtout – du mensonge que l’on doit mettre en place afin de préserver un idéal. Du mensonge qui sauve les apparences, et qui ce faisant nous tue à petit feu.

HISTORIQUE DES REPRÉSENTATIONS
84 représentations entre 2012 et 2015

Tournée et reprise 2015

Au Théâtre de Quat’sous
Du mardi 19 au samedi 23 mai
SUPPLÉMENTAIRE le mardi 26 mai, à 20h